A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 10 000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
c._]

Tout, dans cette oeuvre admirable, est une exacte peinture d'un certain
coin de la socit pendant la premire moiti du XVIIe sicle. Les
Philaminte, les Blise, les Armande n'taient pas plus rares alors qu'au
XVIe sicle. Aprs avoir vu ce que Marie de Romieu crivait pendant
la Renaissance pour dfendre les droits de la femme, trouverons-nous
exagre la scne dans laquelle les femmes savantes exposent le plan de
leur acadmie?

...Nous voulons montrer de certains esprits,
Dont l'orgueilleux savoir nous traite avec mpris,
Que de science aussi les femmes sont meubles;
Qu'on peut faire, comme eux, de doctes assembles,
Conduites en cela par des ordres meilleurs.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nous approfondirons, ainsi que la physique,
Grammaire, histoire, vers, morale, et politique.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nous serons, par nos lois, les juges des ouvrages;
Par nos lois, prose et vers, tout nous sera soumis:
Nul n'aura de l'esprit, hors nous et nos amis[24].

[Note 24: _Les Femmes savantes_, acte III, scne II.]

Mais le succs de Molire dpassa le but que le grand comique avait
poursuivi. Le ridicule qu'il jetait sur les femmes savantes allait
faire perdre aux femmes jusqu' cette modeste instruction qu'il leur
permettait, alors qu'il faisait exprimer par Clitandre sa vritable
pense:

...Les femmes docteurs ne sont pas de mon got.
Je consens qu'une femme ait des clarts de tout:
Mais je ne lui veux point la passion choquante
De se rendre savante afin d'tre savante;
Et j'aime que souvent, aux questions qu'on fait,
Elle sache ignorer les choses qu'elle sait:
De son tude enfin je veux qu'elle se cache;
Et qu'elle ait du savoir sans vouloir qu'on le sache,
Sans citer les auteurs, sans dire de grands mots,
Et clouer de l'esprit ses moindres propos[25].

[Note 25: _Les Femmes savantes_, acte I, scne III.]

On ne saurait mieux dire. C'tait ainsi que, plusieurs annes
auparavant, Mlle de Scudry en avait jug[26], et telle sera toujours
l'opinion des esprits judicieux. Tout dans la femme doit tre voil,
l'instruction comme la beaut. Et c'est avec une dlicatesse infinie que
Fnelon a pu dire des jeunes filles: Apprenez-leur qu'il doit y avoir,
pour leur sexe, une pudeur sur la science presque aussi dlicate que
celle qui inspire l'horreur du vice[27].

[Note 26: Cousin, _la Socit franaise au XVIIe sicle, d'aprs
le Grand Cyrus de Mlle de Scudry_; M. l'abb Fabre, _la Jeunesse de
Flchier_.]

[Note 27: Fnelon, _De l'ducation des filles_, ch. VII. La
Rochefoucauld a, lui aussi, trouv en cette rencontre la note juste.
Une femme, dit-il, peut aimer les sciences; mais toutes les sciences
ne lui conviennent pas, et l'enttement de certaines sciences ne lui
convient jamais, et est toujours faux _Maximes diverses_, VI.]

Mais le ridicule que Molire jetait sur les femmes savantes l'emporta
sur les rserves qu'il avait faites. L'clat de rire qui accueillit sa
pice fut gnral, et Boileau en prolongea l'cho en y ajoutant sa
note railleuse[28]. L'instruction fut condamne avec le pdantisme, et
l'ignorance triompha du tout.

[Note 28: Boileau, _Satires_, X.]

Les femmes sous Louis XIV, dit Thomas, furent presque rduites se
cacher pour s'instruire, et rougir de leurs connaissances, comme dans
des sicles grossiers, elles eussent rougi d'une intrigue. Quelques-unes
cependant osrent se drober l'ignorance dont on leur faisait un
devoir; mais la plupart cachrent cette hardiesse sous le secret: ou si
on les souponna, elles prirent si bien leurs mesures, qu'on ne put
les convaincre; elles n'avaient que l'amiti pour confidente ou pour
complice. On voit par l mme que ce genre de mrite ou de dfaut ne dut
pas tre fort commun sous Louis XIV[29]....

[Note 29: Thomas, _Essai sur le caractre, les moeurs, l'esprit des
femmes_. 1772.]

Avec sa finesse malicieuse, La Bruyre constata que les dfauts des
femmes ne s'accordaient que trop ici avec les prjugs des hommes.
Pourquoi, dit-il, s'en prendre aux hommes de ce que les femmes ne sont
pas savantes? Par quelles lois, par quels dits, par quels rescrits,
leur a-t-on dfendu d'ouvrir les yeux et de lire, de retenir ce qu'elles
ont lu, et d'en rendre compte ou dans leur conversation, ou par leurs
ouvrages? Ne se sont-elles pas au contraire tablies elles-mmes dans
cet usage de ne rien savoir, ou par la faiblesse de leur complexion, ou
par la paresse de leur esprit, ou par le soin de leur beaut, ou par une
certaine lgret qui les empche de suivre une longue tude, ou par le
talent et le gnie qu'elles ont seulement pour les ouvrages de la main,
ou par les distractions que donnent les dtails d'un domestique, ou par
un loignement naturel des choses pnibles et srieuses, ou par une
curiosit toute diffrente de celle qui contente l'esprit, ou par un
tout autre got que celui d'exercer leur mmoire? Mais, quelque cause
que les hommes puissent devoir cette ignorance des femmes, ils sont
heureux que les femmes, qui les dominent d'ailleurs par tant d'endroits,
aient sur eux cet avantage de moins.

On regarde une femme savante comme on fait une belle arme: elle est
cisele artistement, d'une polissure admirable, et d'un travail fort
recherch; c'est une pice de cabinet que l'on montre aux curieux, qui
n'est pas d'usage, qui ne sert ni la guerre ni la chasse, non plus
qu'un cheval de mange, quoique le mieux instruit du monde.

Si la science et la sagesse se trouvent unies en un mme sujet, je ne
m'informe plus du sexe, j'admire; et, si vous me dites qu'une femme sage
ne songe gure tre savante, ou qu'une femme savante n'est gure sage,
vous avez dj oubli ce que vous venez de dire, que les femmes ne
sont dtournes des sciences que par certains dfauts: concluez donc
vous-mmes que moins elles auraient de ces dfauts, plus elles seraient
sages; et qu'ainsi une femme sage n'en serait que plus propre devenir
savante, ou qu'une femme savante, n'tant telle que parce qu'elle aurait
pu vaincre beaucoup de dfauts, n'en est que plus sage[30].

[Note 30: La Bruyre, _Caractres_, ch. III, Des Femmes.]

Nous savons, en effet, que les femmes du monde se tenaient volontiers
alors loignes de l'instruction la plus lmentaire. Avant que Molire
se ft moqu des pdantes, Mlle de Scudry constatait, comme Fnelon
devait le faire aprs le succs des _Femmes savantes_, que le danger de
la science n'tait pas aussi pressant ni aussi gnral chez la femme que
le pril de l'ignorance: Encore que je sois ennemie dclare de toutes
les femmes qui font les savantes, je ne laisse pas de trouver l'autre
extrmit fort condamnable, et d'tre souvent pouvante de voir tant de
femmes de qualit avec une ignorance si grossire que, selon moi, elles
dshonorent notre sexe[31].

[Note 31: Le Grand Cyrus_, cit par M. Cousin, _la Socit
franaise au XVIIe sicle_.]

Apprenez une fille lire et crire correctement, dira Fnelon.
Il est honteux, mais ordinaire, de voir des femmes qui ont de l'esprit
et de la politesse ne savoir pas bien prononcer ce qu'elles lisent...
Elles manquent encore plus grossirement pour l'orthographe, ou pour
la manire de former ou de lier les lettres en crivant: au moins
accoutumez-les faire leurs lignes droites, rendre leurs caractres
nets et lisibles[32].

[Note 32: Fnelon, _De l'ducation des filles_, ch. XII.]

Mlle de Scudry avait aussi parl des fautes d'orthographe grossires
que commettaient des femmes aussi inhabiles bien crire qu'habiles
bien parler. Elles embrouillent un tel point les caractres dont elles
se servent, qu'une femme reporte une autre toutes les lettres que
celle-ci lui a crites de la campagne, et la prie de les lui dchiffrer
elle-mme[33]. Mais ce manque d'orthographe et ce griffonnage ne
se remarquaient-ils pas jusque dans les lettres d'une spirituelle
pistolire comme Mme de Coulanges[34]?

[Note 33: _Le Grand Cyrus_, cit par M. Cousin, _la Socit franaise
au XVIIe sicle._]

[Note 34: Lettre de Coulanges Mme de Svign, 27 aot 1694.]

Montaigne remarquait de son temps que tout, dans l'ducation des filles,
ne tendait qu' veiller l'amour[35]. La mme observation est faite par
Mlle de Scudry qui se plaint que le dsir de plaire soit la seule
facult que l'on cultive chez la femme: Srieusement,... y a-t-il
rien de plus bizarre que de voir comment on agit pour l'ordinaire en
l'ducation des femmes? On ne veut pas qu'elles soient coquettes ni
galantes, et on leur permet pourtant d'apprendre soigneusement tout ce
qui est propre la galanterie, sans leur permettre de savoir rien qui
puisse fortifier leur vertu ni occuper leur esprit. En effet, toutes ces
grandes rprimandes qu'on leur fait dans leur premire jeunesse... de ne
s'habiller point d'assez bon air, et de n'tudier pas assez les leons
que leurs matres danser et chanter leur donnent, ne prouvent-elles
pas ce que je dis? Et ce qu'il y a de rare est qu'une femme qui ne peut
danser avec biensance que cinq ou six ans de sa vie, en emploie dix ou
douze apprendre continuellement ce qu'elle ne doit faire que cinq ou
six; et cette mme personne qui est oblige d'avoir du jugement jusque
la mort et de parler jusques son dernier soupir, on ne lui apprend
rien du tout qui puisse ni la faire parler plus agrablement, ni la
faire agir avec plus de conduite; et vu la manire dont il y a des dames
qui passent leur vie, on diroit qu'on leur a dfendu d'avoir de la
raison et du bon sens, et qu'elles ne sont au monde que pour dormir,
pour tre grasses, pour tre belles, pour ne rien faire, et pour ne
dire que des sottises; et je suis assure qu'il n'y a personne dans la
compagnie qui n'en connoisse quelqu'une qui ce que je dis convient. En
mon particulier,... j'en sais une qui dort plus de douze heures tous les
jours, qui en emploie trois ou quatre s'habiller, ou pour, mieux dire
ne s'habiller point, car plus de la moiti de ce temps-l se passe
ne rien faire ou dfaire ce qui avoit dj t fait.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | Next |

N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.