A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 10 000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Voir aussi _Indiana_.]

L'auteur a, du reste, formul sa thorie dans le mme roman, d'o j'ai
extrait mes citations. La soeur de son hros, libre esprit comme lui,
lui propose de fuir avec lui dans le Nouveau-Monde, d'y lever leurs
enfants dans ce qu'elle appelle leurs principes. Nous les marierons un
jour ensemble la face de Dieu, sans autre temple que le dsert, sans
autre prtre que l'amour; nous aurons form leurs mes la vrit et
la justice, et il y aura peut-tre alors, grce nous, un couple
heureux et pur sur la face de la terre[526].

[Note 526: _Id._, _Jacques_.]

Oui, heureux et pur la manire de l'mile et de la Sophie de
Rousseau...

Il est triste de penser que c'est une femme, une femme de gnie, qui
a donn aux femmes de semblables enseignements. Comment calculer les
immenses dsastres moraux qui ont suivi de telles leons, alors que la
presse bon march les a rpandues profusion dans tous les rangs de
la socit?

Tout conspire ainsi pour perdre la femme: le luxe, les mauvais exemples,
les mauvaises lectures, triple contagion qui svit jusque chez les
femmes du peuple, et qui, tous les degrs de l'chelle sociale,
remplit de rves malsains les imaginations et les coeurs. Et lorsque,
toutes ces pernicieuses influences, s'ajouteront les rsultats de
l'ducation athe, que deviendront nos foyers? Il y aura l des abmes
de dpravation que l'on ne peut sonder, et sur lesquels nous avons dj
arrt nos regards attrists.

A dfaut de la conscience, est-ce la crainte du chtiment qui prmunira
la femme contre la violation de la foi conjugale? Nous en doutons. A
moins que le mari, surprenant sa femme en flagrant dlit d'adultre, ne
se soit veng lui-mme, les antiques chtiments rservs l'infidlit
conjugale ont fait place des peines infiniment moins svres. L'pouse
coupable et son complice sont punis correctionnellement d'une dtention
de trois mois deux ans. Si le mari consent reprendre sa femme, elle
est rendue la libert.

Quant au mari infidle, il ne peut tre poursuivi que s'il a entretenu
sa complice sous le toit conjugal; et encore n'est-il passible que d'une
amende. Certes l'infidlit de la femme a des suites plus graves que
celle du mari, puisque l'pouse adultre peut introduire dans la maison
des enfants trangers l'poux et qui porteront son nom. Il est donc
naturel que les lois humaines punissent plus svrement l'infidlit de
la femme. Ainsi en jugeaient les anciennes lgislations. Mais au-dessus
des intrts humains, il y a les droits de la conscience; au-dessus des
lois humaines, il y a les lois de Dieu, et devant ces lois, l'poux et
l'pouse qui manquent la foi conjugale sont galement coupables: saint
Jrme le rappelait loquemment.


VII

_Le divorce._

A tous les maux qui rongent le foyer domestique, on oppose aujourd'hui
un remde plus dangereux que le mal: c'est par la dissolution de la
famille que l'on prtend combattre sa dsorganisation. Le divorce est
l'ordre du jour.

Les hommes qui veulent rtablir le divorce, malgr la triste exprience
que la France en a faite de 1792 1816, ces hommes croient qu'en le
limitant de certains cas, il en rendront l'usage moins prilleux.
Mais comment arrter le torrent lorsque la digue est rompue? Certaines
lgislations antiques restreignaient aussi la facult du divorce.
Cependant nous voyons que si la loi du Sina avait d permettre cet
expdient aux Hbreux, cause de la duret de leurs coeurs, les
Talmudistes en multiplirent un jour les causes avec une profusion
inconnue la lgislation primitive. De mme les Romains de la dcadence
trouvrent au divorce des motifs dont leurs anctres eussent repouss
la purilit[527]. Un jour vient o les matrones divorcent pour cause de
mariage et se marient pour cause de divorce, dit Snque. En rappelant
ailleurs cette parole, nous ajoutions: Les matrones ne se bornent pas
suivre la supputation romaine des annes, c'est--dire compter le
nombre des consulats: elles calculent le nombre des annes d'aprs celui
de leurs poux. Mais encore c'est trop peu dire: Huit maris en cinq
automnes, dit Juvnal[528].

[Note 527: _La Femme biblique_, _la Femme romaine_.]

[Note 528: _La Femme romaine_.]

D'ailleurs, sans chercher de si lointains exemples, la loi que la
Chambre des dputs vient de voter et que le Snat n'a pas sanctionne,
cette loi contient deux articles qui peuvent autoriser sous les plus
faibles prtextes la rupture du lien conjugal: elle admet le divorce
par consentement mutuel, ce qui permet aux poux de se quitter d'un
commun accord pour aller former ailleurs de ces liaisons temporaires
que cre le vice[529] et que jusqu' prsent l'on nommait des mnages
irrguliers. Il ne manquait plus ces immorales associations que d'tre
sanctionnes par la loi.

[Note 529: Fernand Nicolay, _le Divorce, son histoire, son pril_.]

Quant aux injures graves, on a dmontr combien la jurisprudence peut
tendre le sens de cette expression. Dans les meilleurs mnages, n'y
a-t-il pas de ces froissements o plus d'une fois, sous l'empire de
la colre, il chappe une parole dont la porte dpasse certainement
l'intention de celui qui l'a profre? Le caractre plus ou moins
imptueux de l'un des poux ne sera-t-il pas alors une cause de divorce?
Le divorce pour injures graves aussi bien que le divorce par
consentement mutuel, ne ramnent-ils pas implicitement le divorce pour
incompatibilit d'humeur, ce divorce que le projet de loi a cependant
repouss? N'est-ce pas compromettre jamais la paix et le bonheur des
mnages que d'admettre de tels cas de rupture? Lorsque le mariage est
indissoluble, disions-nous ailleurs, chacun des poux doit, pour son
propre repos, plier son caractre au caractre de l'autre; et l'habitude
de vivre ensemble, l'estime rciproque, et surtout ce lien que nouent
les petites mains des enfants, tout cela contribuera tablir entre le
mari et la femme une harmonie souvent plus solide que celle de l'amour.
Mais quand le divorce a pass dans les moeurs d'un peuple, pourquoi
se donner tant de peine pour arriver la concorde? N'est-il pas plus
facile de rompre un lien que de chercher le rendre plus lger? L'poux
quittera donc alors la compagne de sa jeunesse; et, contractant une
autre union, il y trouvera peut-tre des dceptions qui lui feront
regretter son premier mariage[530].

[Note 530: _La Femme romaine_.]

Les svices ou injures graves tant une cause de divorce, ne pourra-t-il
aussi arriver que le mari maltraitera exprs sa femme pour reconqurir
une libert dont il profitera pour pouser une autre femme plus jeune,
plus belle, plus riche surtout, faut-il dire une poque o la
spculation matrimoniale a pass dans nos moeurs? Nous disions plus
haut: Le mariage n'est gure autre chose aujourd'hui qu'une opration
financire, et la femme n'est plus qu'une valeur sur le march
matrimonial, jusqu' ce que, le divorce aidant, cette valeur soit cote
la Bourse et passe de main en main. Je ne savais pas, en crivant ces
lignes, que des paroles peu prs semblables avaient t prononces par
un orateur de la Convention, le 2 thermidor, an III:

La loi du divorce, disait Mailhe, est plutt un tarif d'agiotage qu'une
loi; le mariage n'est plus en ce moment qu'une affaire de spculation;
on prend une femme comme une marchandise, en calculant le profit dont
elle peut tre l'objet et l'on s'en dfait aussitt qu'elle n'est plus
d'aucun avantage: c'est l un scandale vraiment rvoltant.

Dans une autre sance, Mailhe ajoutait: Vous ne pourrez arrter trop
tt le torrent d'immoralit que roulent ces lois dsastreuses.

Le conventionnel Deleville s'criait, lui aussi: Il faut faire cesser
le march de chair humaine que les abus du divorce ont introduit dans la
socit[531]

[Note 531: M. Henri Giraud, discours prononc la Chambre des
dputs, le 6 mai 1882. (_Journal officiel_, 7 mai;) Fernand Nicolay,
_tude cite_.]

Sur les vingt mille divorces qui eurent lieu Paris de 1792 1796, il
y en eut plus de sept mille entre les poux qui avaient dj divorc
une premire, une deuxime ou une troisime fois. Cela ne doit pas nous
tonner, car ceux qui divorcent une premire fois sont de mauvais maris
ou de mauvaises pouses qui, probablement dans un autre mariage, ne
seront pas meilleurs.

Ces paroles taient prononces la Chambre, le 6 mai dernier, par M.
Henri Giraud qui rappelait aussi que dans l'expos des motifs du projet
de loi que M. Naquet prsentait sur le divorce, ce dernier disait: On
s'occupe en ce moment de rduire la dure du service militaire, tandis
qu'on veut maintenir l'indissolubilit du mariage. En citant ce
passage, M. Giraud ajoutait: Vous voudriez donc qu'on rduist aussi,
au moyen du divorce, la dure du service matrimonial, et peut-tre
admettre le volontariat d'un an.

Ainsi que l'affirmait Martial dans son brutal langage, c'est l'adultre
lgal. Nous nous acheminons ainsi vers les unions libres[532], tant
prnes par certains romans. Le type hideux de la femme libre
s'panouira au grand jour.

[Note 532: Mgr Freppel, discours prononc la Chambre des dputs; le
13 juin 1882.]

La loi vote par la Chambre admet cependant de plus srieuses causes de
divorce que celles que nous avons indiques: telle est l'infidlit d'un
des deux poux. Ici on ne distingue plus entre la faute du mari et celle
de la femme. Que le mari ait ou non entretenu sa complice sous le toit
conjugal, la femme peut demander le divorce.

Dans cette loi, le divorce est encore autoris quand l'un des poux
a t condamn une peine infamante autre que le bannissement et la
dgradation civique prononcs pour cause politique.

Ah! nous comprenons ce qu'il peut y avoir de dsespoir et de honte dans
l'existence de l'poux ou de l'pouse qui reste seul son foyer, tandis
que celui ou celle qui porte son nom, mne une vie scandaleuse, ou,
chti par la socit, subit sa peine dans un bagne mme.

Mais, dirons-nous ici avec Son m. le cardinal Donnet, pour quelques
situations dont le divorce serait le remde peut-tre, que de
malheureuses consquences[533]...

[Note 533: Lettre de S.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | Next |

N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.